La Guerre Comique

Affiche_Guerre_comique_IMP
Patrick Dandrey – professeur (c. e.) à l’Université Paris-Sorbonne- nous fait partager le fruit de ses années de recherches sur le théâtre de Molière. Cet ouvrage approfondit tous les thèmes qu’il a abordés au cours des conférences qu’il nous a fait l’amitié d’animer pour nous cette année.
« Molière et la querelle de l’Ecole des femmes »
Patrick Dandrey
Voici quelque 350 ans, en 1663, une « guerre comique » opposa Molière aux détracteurs de son « Ecole des femmes », crée en décembre 1662. Il mena ce combat à travers deux comédies, »La Critique de l’Ecole des femmes » et « L’Impromptu de Versailles », auxquelles répondirent une dizaine de pièces presque toutes dues à ses adversaires (à l’exception d’un partisan tardif). L’originalité de cette querelle de « L’Ecole des femmes », c’est qu’elle se choisit le théâtre pour scène et la scène pour théâtre. Partant de cette intuition, on a tenté de modéliser cette polémique comme une vaste comédie à diverses voix, en l’éclairant à travers plusieurs grilles herméneutiques : celle de la prophétie auto-réalisatrice, pour éclairer l’ambiguïté de l’entrée en querelle ; celle de la prouesse, que Molière voulut opposer aux chicaneries de ses adversaires ; celle de l’écriture spéculaire et de la composition « ironique », qui réalisent l’oeuvre dans la représentation de son échec ou le démontage de son artifice ; celle de la réécriture hypertextuelle, qui a transformé le conflit de texte en une ondulation polyphonique d’arguments et de thèmes empilés et partagés, etc.. C’est un enchevêtrement de mobiles, de formes et de fins dont on cherche à démêler l’écheveau pour mieux comprendre le miracle esthétique que constituent la délicieuse Critique de « L’Ecole des femmes » et le miroitant « Impromptu de Versailles ».
Le message d'Olivier Milhaud
Du nouveau sur Molière ? est-ce possible ?
© 2014 Le Collège Universitaire de Saint-Cloud. Mentions légales.
Site réalisé par l'Agence VIUU